L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Signature du contrat stratégique de filière "Industries de la construction"

Pas moins de trois ministres et de nombreux représentants du secteur de la construction ont signé le 13 février le contrat de la filière « Industries pour la construction » 2018-2022 pour faire face aux défis environnementaux, énergétiques et sociaux du secteur.

Lire l'article

La feuille de route du secteur de la construction pour 2018-2022, signée le 13 février, résulte des travaux menés par le Comité stratégique de la filière « Industries pour la construction » (1), labellisé le 28 mai 2018 par le Comité exécutif du Conseil national de l’industrie. A cette occasion, six projets structurants ont été dévoilés. Ils concernent la numérisation de la filière, l’économie circulaire, l’efficacité énergétique et la massification de la rénovation, la promotion à l’export des technologies « smart, safe and sustainable cities » (programme 3SC), l’accélération de la croissance des entreprises à travers le dispositif « accélérateur PME » et l’accompagnement des emplois et des compétences des industries pour la construction. « Ce contrat associe toutes les facettes du public et du privé », a souligné Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, estimant par ailleurs que « l’attractivité de la filière est un défi à relever ».

 

CSF_industrie_photo_Gézelin Grée/MINEFI

Le contrat de filière a été signé en présence de Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, d’Hervé de Maistre, président du Comité stratégique de la filière (CSF), d’une représentante de l’Association des Maires de France, de François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire et d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances. (Photo : Gézelin Grée / MINEFI)

 

Le projet sur l’économie circulaire prévoit en particulier de promouvoir la construction de bâtiments réversibles et évolutifs, en alternative à la démolition. L’objectif est de fournir une méthode dès la conception incluant le choix des matériaux, la traçabilité des informations et leur stockage pendant la durée de vie de l’ouvrage, l’évolution de la réglementation (notamment pour la transformation de bureaux en logements), les retours d’expériences chantiers et le développement d’une méthodologie de quantification des émissions de gaz à effet de serre. Des bâtiments démonstrateurs devront être identifiés au sein des régions, dont certains « zéro-déchet » sur l’ensemble du cycle de vie, favorisant le réemploi, la réutilisation et l’incorporation de matériaux issus du recyclage. 

Promouvoir l’innovation

Le projet relatif à l’efficacité énergétique se fixe plusieurs objectifs, parmi lesquels celui de mobiliser l’intelligence artificielle pour accroître la productivité et la performance des solutions de rénovation, déployer les « passeports efficacité énergétique » et développer de solutions techniques pour réduire le temps de retour sur investissement de la rénovation énergétique. Évoquant la transformation actuelle du secteur de la construction, François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, estime que « le bâtiment possède un impact environnemental de plus en plus important qu’il nous faut réduire, mais c’est aussi un formidable levier d’action. La logique de ce contrat de filière, c’est d’irriguer l’ensemble du secteur avec de l’innovation ».

L’idée est d’intégrer la performance énergétique dans un processus plus large de rénovation ou d’extension du bâti, en diminuant le coût du « parcours client » et en optimisant le dispositif de financement pour compenser le reste à charge par l’économie réalisée sur les factures des fluides.

Le comité de filière suivra par ailleurs six autres projets dédiés à l’économie circulaire, au numérique et à l’efficacité énergétique et à la lutte contre le changement climatique.

(1) Le comité stratégique se compose des industriels de production de matériaux et composants pour la construction, réunis au sein de l’AIMCC, de l’industrie routière, représentée par Routes de France, des entreprises d’ingénierie réunies au sein de Syntec Ingénierie et des entreprises générales de bâtiments et de travaux publics, qui composent EGF-BTP et la FNTP. Il est présidé par Hervé de Maistre, directeur général de Saint-Gobain Construction France et président de l’AIMCC.