L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Un Mouvement engagé de longue date en faveur des personnes fragiles AH

Lire l'article

Dans un contexte de crise, le gouvernement a lancé son Plan hivernal au début du mois de novembre. La réunion qui s’est tenue autour des deux ministres, Julien Denormandie et Jacquelines Gourault, en présence du monde associatif et de l’USH, a permis de constater une aggravation des tensions sur certains territoires et un nombre inquiétant de personnes fragiles, femmes enceintes ou avec des enfants en bas âge, remises à la rue. Ce constat n’est acceptable pour personne, en premier lieu l’État mais également pour le Mouvement Hlm et les associations. L’USH a eu l’occasion de rappeler l’engagement, de longue date, des bailleurs sociaux dans ce combat. En 2018, ce sont près de 15 000 places d’hébergement qui seront libérées grâce aux attributions de logements sociaux faites à des personnes sortant d’hébergement. C’est plus que le nombre de places supplémentaires prévues par le gouvernement dans le Plan hivernal cette année. Nous n’en tirons aucune gloire car nous préférerions voir la demande en matière d’hébergement d’urgence diminuer dans notre pays. Mais nous sommes fiers de répondre aux besoins en logements de nos concitoyens les plus fragiles tout au long de l’année et pas seulement lorsque l’hiver arrive. Plusieurs programmes ont été lancés ces dernières années à l’initiative du Mouvement Hlm et des associations.

Les 10 000 logements Hlm accompagnés en sont à leur quatrième appel à projets, preuve de leur succès et de l’engagement des bailleurs sociaux. Mais il faut désormais que l’État intervienne de manière décisive pour assurer à ce programme un financement clair et pérenne. Il en va de même pour la production de 40 000 PLAI adaptés dont les loyers ne dépasseraient pas les loyers de référence APL. Les organismes Hlm peuvent le faire si l’État s’engage sur le besoin de financements complémentaires et surtout s’il s’interdit de les priver de leurs moyens de faire en revenant sur la RLS.

Nous comprenons la situation économique dans laquelle se trouve notre pays. Mais s’il est un combat qui mérite que l’État mobilise des moyens et des énergies, c’est bien celui de permettre à chacun d’accéder à un logement décent.

L’État doit assurer un financement pérenne du logement adapté et accompagné