L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Un rapport à sens unique AH

Lire l'article

L’Inspection générale des finances et le Conseil général de l’environnement et du développement durable ont publié un rapport, commandé par le gouvernement, intitulé La diversification des sources de financement du logement social. Le titre ne manque pas d’ambition. Il s’agit là d’un vrai sujet qui a été débattu lors du Congrès Hlm de Paris et sur lequel le Mouvement Hlm continuera d’interpeller les représentants de l’État et les candidats aux élections municipales de 2020.

À y regarder de plus près, ce rapport n’étudie que quatre pistes, connues depuis longtemps, qui vont uniquement dans un sens : celui de la financiarisation du logement social. Alors bien sûr, les auteurs de ce rapport font la liste des contraintes, des limites et des dangers de chaque solution. Mais en se limitant à l’intervention du privé dans le champ du logement social, ils introduisent un biais dont nous connaissons la source. Cette voie est prônée depuis des années par Bercy car elle a un mérite aux yeux des fonctionnaires des finances : celui de peu à peu et définitivement désengager l’État de ses obligations en matière de logement abordable, pour laisser la place à des investisseurs qui ne recherchent que le profit et la rentabilité.

Il est regrettable que ce rapport ne s’intéresse pas à l’optimisation de l’existant. Car les sources de financement du logement social actuelles font leurs preuves depuis un siècle déjà : la Caisse des dépôts, Action Logement et les collectivités locales soutiennent la production de logements locatifs sociaux et l’accession sociale à la propriété pour nos concitoyens. Mais ils ont un autre point commun : leurs finances font l’objet d’attaques incessantes de la part de l’État. Ce rapport ne doit pas détourner notre attention de cette situation : les nouveaux outils privés de financement évoqués ont pour objectif de permettre à l’État de mettre la main sur les outils publics historiques. Que cela soit au sujet de la PEEC ou du Livret A, des théories fleurissent, expliquant comment ces fonds pourraient être mieux utilisés.

Mais quelle meilleure utilisation que celle qui vise à fournir à ceux qui en ont besoin un logement abordable et durable ?

Les sources de financement du logement social font leurs preuves depuis un siècle