L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Une ambition pour le logement AH

Lire l'article

Le quinquennat qui s’ouvre nécessite pour le Mouvement Hlm de mener avec le nouvel exécutif de nombreux travaux. Certains sont d’une actualité brûlante, comme les risques liés à l’inflation et la nécessaire coordination des arbitrages entre loyers, revalorisation de l’APL, évolution du taux du Livret A… D’autres détermineront nos capacités d’action pour la prochaine décennie. Je pense notamment aux coûts de la construction et du foncier, qui sont une préoccupation pour tous les bailleurs et les acteurs de l’accession sociale, qui pèsent sur notre capacité à répondre à une demande de logement qui ne cesse de progresser.

Comme nous l’avons défini collectivement dans nos propositions pour le quinquennat, je souhaite que nous puissions construire avec l’État un Pacte pour une transition planifiée qui permette aux organismes Hlm de se préparer aux échéances de la loi Climat et Résilience et de la Stratégie nationale bas-carbone. Je suis convaincue que pour répondre aux crises sociale et environnementale que notre société traverse, nous devons, en même temps, nous préoccuper de la production et de la rénovation.

Théoriser l’abandon de l’une pour l’autre serait un renoncement auquel, en tant que professionnels et militants du logement pour tous, nous ne pouvons nous résigner.

Je ne crois pas non plus que la solution pour raccourcir les délais d’attente pour entrer dans le logement social soit d’en faire sortir les locataires actuels. C’est bien d’une offre supplémentaire et massive dont nous avons besoin, sur tous les territoires.

Cette ambition, que j’espère partagée par le gouvernement, impose aussi que ce dernier change de méthode. Trop souvent ces cinq dernières années, le logement social n’a été abordé que par pans : production ; rénovation ; financement ; loyers ; attributions. Nous mesurons aujourd’hui l’inefficacité de cette méthode : elle a mis des coups de frein terribles à l’activité, créé de l’instabilité voire de l’insécurité et de l’attentisme. Pour avancer, il faut prendre la question du logement et du logement social dans son ensemble, et définir entre tous les acteurs - État, bailleurs sociaux, collectivités locales, associations et financeurs - une ligne directrice pour construire ou reconstruire une vraie politique publique avec des objectifs clairs et assumés. Et cette ligne ne peut pas être uniquement budgétaire.

Voilà celle que je propose : répondre en quantité et en qualité à la demande des plus de 2,3 millions de demandeurs de logement social tout en atteignant les hautes ambitions fixées en matière de transition énergétique et de préservation de l’environnement. L’heure n'est plus aux “je ne sais pas”, “c’est compliqué”, “la réglementation ne le permet pas”. Est venu le temps des solutions rapides, concrètes et pratiques. Si la volonté politique est là, si les objectifs sont partagés, alors nous pouvons y parvenir.

 

C’est d’une offre supplémentaire et massive dont nous avons besoin, sur tous les territoires.