Actualités

Thème de la publication
Innovation & Qualité de service
Numéro

Actualités Habitat n°1117

Paru dans

FÉVRIER 2020

Actualités Habitat n°1117

Date de publication :

09 mars 2020

Auteur(s) :

VÉRONIQUE SIMONNET

Une mutation en "smart building"

C’est dans le village de Chantenay, quartier autrefois ouvrier et industriel et aujourd’hui en plein essor, que l’immeuble « La Marseillaise », répertorié au patrimoine nantais, a été réhabilité en 39 logements pour jeunes actifs et est devenu l’un des premiers bâtiments intelligents du territoire.

Édifié en 1927, cet bâtiment de 1 000m2 est l'ancien siège social des forges Carnaud (industries de la conserve). Pour parvenir à ce changement d’affectation, plusieurs modifications ont été apportées qui ont nécessité 18 mois de lourds travaux orchestrés par Galeo : la création d’un escalier, la suppression d’un autre, la modification d’ouvertures sur le rez-de-chaussée pour augmenter la lumière naturelle dans les logements ou encore le changement d’accès depuis la rue de la Marseillaise. Ces modifications sur un bâtiment répertorié ont impliqué des contrôles réguliers afin de respecter les contraintes réglementaires, architecturales et techniques.

'

Après étude, il a été constaté que la capacité de production des panneaux en toiture allait permettre d’alimenter potentiellement d’autres bâtiments, notamment la résidence voisine de NLH, Les Céanothes. © F. Gallen

Un challenge pluridisciplinaire

Au-delà de cette opération de réhabilitation, cet édifice, propriété de La Nantaise d'Habitations (NLH), est devenu l’un des premiers bâtiments intelligent du territoire. EDF a proposé d’intégrer un dispositif de production d’électricité locale et d’autoconsommation alimenté par une production photovoltaïque en toiture : 170m2 de panneaux photovoltaïques d’une puissance de 29 kWc ont été installés sur le toit du bâtiment et produisent 30 MWh d’électricité. Cette solution en autoconsommation devrait permettre de réduire de 15% les consommations du bâtiment. Les surplus de production seront valorisés au profit d’autres bâtiments du quartier. Grâce aux compteurs et capteurs installés dans les logements et les espaces communs, une surveillance précise des consommations et des performances des équipements va être assurée pendant douze mois par EDF. Des informations sur le fonctionnement et le comportement énergétique du bâtiment sont diffusées aux occupants en permanence sur un écran situé dans le hall d’entrée.

Pour optimiser l’utilisation de cette électricité "gratuite" et renouvelable, la production d’eau chaude sanitaire (qui représente le plus gros usage énergétique du bâtiment), est pilotée en fonction de l’ensoleillement. Elle est assurée par une pompe à chaleur qui récupère aussi la chaleur générée sous les panneaux solaires. Cette solution innovante réduit de plus de 50% la consommation d’énergie liée à la production d’eau chaude sanitaire.

Les besoins et le pilotage du chauffage ont également fait l’objet d’une attention particulière. Au-delà de l’isolation qui a été renforcée, l’enjeu principal réside dans la gestion optimale des intermittences d’occupation. Chaque logement est piloté individuellement par le biais d’une gestion technique centralisée permettant une très grande flexibilité.

Avec l’ensemble des actions et systèmes mis en œuvre, "La Marseillaise" atteint des performances répondant au label BBC Rénovation correspondant à un ratio inférieur à 80 kWhep/m2/an. Un bilan au bout de 18 mois est d’ailleurs prévu pour pouvoir généraliser ce type d’opérations sur d’autres réhabilitations en France.

Le prix de revient TTC (hors frais financiers) s'élève à 3,2 M€ (TVA à 10%), soit 2 664 € HT le m2 de surface habitable. Cette réhabilitation a reçu l’homologation Smile, projet porté par les Régions Pays de la Loire et Bretagne qui a pour objectif de déployer un grand "réseau électrique intelligent" entre 2017 et 2020. Elle a bénéficié, à ce titre, d’une aide financière de l’État, la Région Pays de la Loire, Nantes Métropole, la CDC, Action Logement, la CAF de Loire-Atlantique ainsi que des gestionnaires de réseaux (ERDF, RTE).

Les 39 logements de type 1, aujourd’hui tous occupés, sont gérés par Adelis. Les résidents partagent les espaces collectifs : conciergerie, hall connecté, jardin, local vélos, laverie et des espaces aménagés permettant la pratique d’activités collectives de loisirs (salle d’animation, espace d’information, espaces de travail, et multimédia etc.).

Mots clés

PARU DANS ACTUALITÉS HABITAT N°1117 DU 28 février 2020

Actualités Habitat n°1117

Retrouvez cet article et beaucoup d’autres en vous abonnant au Magazine Actualités Habitat.

F