L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

ZAC Paris Rive Gauche : 150 logements sur ressorts AH

Immobilière 3F et Paris Habitat ont inauguré 150 logements sociaux répartis dans deux immeubles réalisés sur l’avenue de France, au cœur de la ZAC Paris Rive Gauche. Particularité : ils ont été construits sur ressorts, au-dessus des voies ferrées de la gare d’Austerlitz.

Lire l'article

Construire 150 logements sociaux face à la Bibliothèque de France, dans deux immeubles de 11 étages qui reposent sur l’infrastructure enjambant les voies ferrées de la gare d’Austerlitz, représente une prouesse architecturale. Pour ce faire, la Semapa a fait réaliser sur l’emprise de l’opération trois méga poutres en béton armé franchissant la tranchée SNCF séparant l’avenue de France et la rue du Chevaleret. Entre la base des superstructures (poteaux ou voiles) et ces poutres principales, sont insérées des boîtes à ressorts qui les désolidarisent et amortissent les vibrations transmises par les ouvrages ou le volume libre dans lequel circulent les trains. Un peu à l’image des immeubles antisismiques conçus au Japon. De ce fait, les immeubles élevés sur ces infrastructures ne comportent ni sous-sol, ni parking enterré. Une galerie technique court néanmoins entre deux poutres et ramassent tous les réseaux depuis ou vers l’avenue de France ou la promenade plantée qui longe en contre-haut la rue du Chevaleret.

Ossature bois et bardages en feuilles de cuivre pour 3F

Signé Jean et Aline Harari, l’immeuble d’Immobilière 3F abrite 75 logements (cinq T1, 22 T2, 22 T3 et 26 T4) dont sept sont réservés à des personnes en grande précarité, dans le cadre d’un partenariat avec l’association Habitat & Humanisme. Le programme accueillera prochainement des commerces en rez-de-chaussée, ainsi que des bureaux au premier étage.

La recherche de légèreté a conduit les concepteurs à écarter les solutions habituelles tout béton au profit d’une construction mixte ne conservant en béton que les éléments indispensables, verticaux porteurs et planchers. L’enveloppe est réalisée en ossature bois à isolation répartie et revêtue d’un matériau léger : des feuilles de cuivre qui se patineront en quelques mois. Leur teinte claire et brillante d’origine évoluera vers des nuances de bronze de plus en plus soutenues. Les deux premiers niveaux, en retrait par rapport aux étages supérieurs, sont traités différemment, en acier corten et/ou en aluminium de teinte rouge brun.

La conception de l’immeuble procure également des qualités de confort et d’usage du plus haut niveau : cuisines éclairées en premier jour ; balcons d’angle ou filants sur lesquels s’ouvrent séjours et chambres dans la plupart des appartements ; jardin aménagé en terrasse (avec potager, parterres d’agrément…) au 9e étage, affecté à l’usage des résidents ; toiture terrasse pourvue d’un abri pergola, de tables en bois et d’un jardin partagé qui sera créé au printemps et animé par l’association Topager.

Briques pleines et système biofluides pour Paris Habitat

Conçu par l’agence SOA Architectes, l’immeuble de Paris Habitat accueille également 75 logements (douze T1, trois T2, 33 T3, 24 T4 et trois T5 et plus) auxquels viennent s’ajouter trois locaux commerciaux et une crèche municipale de 30 berceaux, situés en rez-de-chaussée. Ancrées sur un socle sobre avec sa vitrine commerçante, les façades de logements, construites en briques pleines, se scindent en deux corps de bâtiment à partir du 6e étage, dont l’un dispose d’une toiture accessible à tous, y compris aux personnes à mobilité réduite. Laquelle a été aménagée en terrasse à l’usage collectif des habitants, que le Groupe de diffusion d’informations sur l’environnement (GDIE) aidera pendant une année à créer et entretenir un potager.

Cette opération se caractérise également par l’installation d’un système Biofluides, processus technique grâce auquel l’eau chaude sanitaire sera préchauffée à partir des calories récupérées par les eaux grises, permettant ainsi d’assurer une meilleure maîtrise des charges.

'

Dans le programme de 3F, un jardin a été aménagé en terrasse, en R + 9 ; il comporte notamment un potager, des parterres d’agrément, une grande table, un parcours en caillebotis. © 3F

Enfin, cet ensemble intègre huit unités de logements spécialisés (ULS), logements accessibles, adaptés et domotisés, équipés de commandes de volets, de rideaux, d’éclairage, d’ouvertures de fenêtres et de portes motorisées, qui ont été conçus à l’attention des personnes en situation de handicap moteur. Le coût de construction de ces deux immeubles s’élève respectivement à 10,21 et 12,32 millions d’euros.