L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Les nouvelles solutions pour produire de l'eau chaude sanitaire

Jean-Pierre Hue, Responsable du Pôle Technique et Energie, La Sablière

Nathalie Tchang, Directrice adjointe de Tribu Energie

José Felipe, Responsable efficacité énergétique, Cofely/GDF Suez

Mathieu de Kervenoaele, Directeur énergies nouvelles, Lyonnaise des Eaux

Débat animé par Eva Pineau et Eric Brunet

L’augmentation de l’efficacité énergétique des bâtiments s’accompagnant d’une diminution des consommations de chauffage, la production d’eau chaude sanitaire (ECS) prend ainsi une part plus importante dans la consommation énergétique du bâtiment. Ce poste mérite donc une attention particulière tant au niveau de la production que de la distribution et des usages.

De nouvelles solutions performantes pour produire l’ECS se développent et des expérimentations sont en cours. Leur efficacité technico-économique doit être confirmée. Parallèlement, l’ADEME a lancé le 31 août 2009 un appel à projets pour un Programme d’Actions Concertées en Technologies de l’Energie (PACTE), sur ce sujet, pour faire émerger de nouvelles solutions d’ici 3 à 5 ans.

Ce débat sera l’occasion de dresser un état des lieux des nouvelles solutions performantes pour produire l’ECS (ECS thermodynamique, ECS solaire…), de leurs caractéristiques principales, de leurs avantages et inconvénients, des points de vigilance à la conception, mise en œuvre et lors de l’exploitation. Des expériences innovantes en logement social mises en place récemment alimenteront les échanges. Enfin, une mise en perspective des nouveaux systèmes pour produire de l’ECS à court terme complétera les débats.

L’eau chaude sanitaire peut représenter jusqu’à 25 % de la consommation énergétique d’un logement, voire devenir le premier poste de consommation dans un bâtiment basse consommation. La production d’eau chaude sanitaire devient donc un enjeu majeur dans la consommation d’énergie dans les logements fortement isolés. Les bâtiments sont de plus en plus performants énergétiquement. Aussi le poste chauffage diminue-t-il tandis que le poste eau chaude sanitaire prend une place prépondérante.

De nouvelles solutions se développent. Certaines sont actuellement en cours de test. L’ADEME a lancé un appel à projet sur l’ECS à haute efficacité énergétique (PACTE ECS – Programme d’actions concertés en technologies de l’énergie sur l’eau chaude sanitaire à haute efficacité énergétique) pour favoriser la R&D sur le sujet. L’objectif est de faire émerger sur le marché, d’ici trois à quatre ans, une offre innovante. Les projets sont soumis à plusieurs critères (consommation, temps de retour sur subvention et durée de l’équipement). Cinq lauréats ont été retenus.

Nathalie TCHANG constate cette dernière année une forte progression de l’offre des industriels, qui ont proposé rapidement des solutions, dont certaines sont déjà installées. D’autres restent encore à tester pour vérifier leur performance et leur durabilité. Les besoins en eau chaude sanitaire sont de l’ordre de 20 kWhep/m²/an. Les solutions en production collective sont présentées: récupération de chaleur sur les eaux grises, PAC + solaire, PAC/air extrait collective, PAC/air extérieur collective. Des solutions avec PAC peuvent se décliner en solutions individuelles : PAC/air extrait individuelle, PAC/air extérieur avec ballons individuels. En fonction de l’implantation géographique du site et de ses caractéristiques de conception, chacune de ces solutions présente des intérêts particuliers.

Jean-Pierre HUE présente l’expérimentation menée à Courcouronnes depuis un an sur 70 logements. La température de l’eau chaude produite s’élève à 35-37°C. Les besoins sont les plus importants en matinée et le soir à partir de 18 heures. L’expérimentation consiste en un système de récupération de chaleur sur eaux usées. La chaleur est stockée jusqu’à 70°C. Les eaux usées entrent à 29°C et sortent à 8°C. Cette configuration ne peut être installée que dans un bâtiment d’au moins 35 logements. Un sous-sol est nécessaire dans les bâtiments existants. Enfin, les eaux usées et les eaux vannes doivent être séparées. Les travaux réalisés comprennent la création d’un local technique, le raccordement de 36 logements et l’installation d’un récupérateur. L’ADEME exige un suivi de performance. Il est assuré par la SOCOTEC depuis le 17 novembre 2009. La configuration permet une récupération de 1600 kWh par an et par logement, soit l’équivalent de 172 m2 de capteurs solaires.

L’investissement financier s’élève à 100 000 euros. L’organisme a bénéficié de 62 000 euros de subventions et d’aides sur ce projet. Les économies d’énergies représentent 65 euros par logement et par an et 15 euros en frais de maintenance. Des applications concrètes sont programmées à Ermont (opération de construction neuve), à Paris 13ème (réhabilitation du foyer de Chevaleret) et dans le 14ème (réhabilitation d’une tour IGH). Cette solution présente toutefois un coût élevé, demande une formation à la maintenance du système, reste méconnue des concepteurs et nécessite un double réseau d’évacuation. Jean-Pierre HUE précise que l’intérêt technique de cette solution est réel en raison de sa performance énergétique élevée, de son encombrement réduit, de la réduction importante des émissions de CO2, du bon COP instantané qui peut être obtenu. Par comparaison au solaire, ce système permet économies d’énergie en toute saison. M. Hue présent ensuite les nouveaux systèmes pouvant être mis au point à partir de cette solution en couplant une micro-cogénération.

José FELIPE présente deux des projets de Cofely retenus par l’ADEME. Le premier projet porte sur le développement et l’optimisation des chauffe-eau solaires collectifs individualisés. Le deuxième projet, Synergie Confort Energie, est piloté par le CRIGEN. Il s’agit d’une démarche complète et cohérente sur l’ensemble des postes de consommation ECS pour le résidentiel. Il comporte plusieurs phases de test. Les solutions doivent être globales et innovantes. Il requiert de sélectionner les solutions les plus pertinentes et d’identifier des pistes technologiques.

Valérie Laplagne, d’ENERPLAN, évoque la création, avec le soutien de l’ADEME, d’une plateforme pour l’eau chaude collective (SoColl) pour améliorer entre autres les points techniques et la formation des opérateurs. Les producteurs d’énergie solaire trouveront toutes les informations sur le site www.solaire-collectif.fr.

Mathieu de KERVENOAELE souligne que la Lyonnaise des Eaux a pris conscience que l’eau chaude sanitaire était un enjeu majeur. Dans le cadre du projet Degrés Bleus, elle récupère les eaux usées des égouts pour couvrir les besoins en eau chaude sanitaire du bâtiment, et du logement social en particulier. La Lyonnaise des Eaux a développé une application collective d’eau chaude sanitaire, qui permet de récupérer la chaleur des eaux grises, réinjectée dans le réseau d’eau froide qui est ensuite chauffée jusqu’à 27°C. Le procédé technique est extrêmement intéressant et complémentaires du projet présenté par Jean-Pierre HUE.

Un congressiste présente une technologie canadienne, qui a été retenue par l’ADEME, qui permet de récupérer la chaleur des eaux usées avant de la rejeter dans les égouts. Il se réjouit de la multiplication des solutions existantes sur le marché de l’eau chaude sanitaire. Les informations sont disponibles sur le site suivant : www.solenov-energie.fr.

Les documents présentés :





- 1_Atelier_J_Tchang_tribu.pdf URL => 1_Atelier_J_Tchang_tribu.pdf - Atelier J - Jean-Pierre HUE.pdf URL => Atelier J - Jean-Pierre HUE.pdf - Atelier J - José FELIPE.pdf URL => Atelier J - José FELIPE.pdf

Informations complémentaires

Date du document : 15.10.2010
Entité(s) : Direction de la Maîtrise d'Ouvrage et des Politiques patrimoniales - DMOP
Sylvie Bourdin
Le projet Viliaprint, qui vise à industrialiser la production de logements sociaux par fabrication additive, entre dans une nouvelle phase : le mur prototype a été réalisé au sein des locaux de la startup XTreeE, spécialiste de l'impression béton 3D.
Brèves et Articles
publié le
Sylvie Bourdin
Cette habitation, de 95 m² entièrement imprimée en 3D et seulement en 54 heures contre plusieurs semaines pour une habitation traditionnelle, a été construite à Nantes. elle est habitée depuis cet été.
Brèves et Articles
publié le
Sylvie Bourdin
A Chanteloup-en-Brie, dans la ZAC du Chêne Saint-Fiacre, l’architecte Raphaël Gabrion réalise, pour le compte de 3F, trente logements «B cube» dopés «B puissance 4».
Brèves et Articles
publié le
Frédéric Paul
Le 15 mai prochain, nous consacrerons une nouvelle journée professionnelle au thème de la communication digitale. Comme pour de nombreux autres métiers, la maitrise de cette discipline est désormais un incontournable de la communication.
Circulaires USH
publié le