L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Que faut-il attendre des nouvelles solutions gaz ?

Contexte

Avec la généralisation des bâtiments BBC, les besoins de chauffage sont dorénavant très faibles ; contrairement au poste eau chaude sanitaire où les besoins de puissance ne baissent pas. Jusqu’à présent la réponse technique a été le chauffage collectif ; mais l’importance de la part des pertes thermiques engendrées repose la question de son efficacité énergétique. Quant aux solutions individuelles gaz, leur conception leur impose un régime accéléré de démarrages/arrêts réduisant leur durée de vie.

L’offre gaz pour la construction neuve doit donc évoluer tout en contribuant à éviter que la baisse des consommations d’énergie ne soit substituée par une hausse des coûts de maintenance. De nouvelles solutions émergent. Ce débat aura pour objectif de les présenter, de partager les premiers retours d’expérience en habitat social et d’exposer les conditions de réussite de leur mise en œuvre. Les points sensibles et changements à opérer dans les pratiques actuelles, notamment en termes de dimensionnement des installations seront également mis en évidence.




Compte-rendu succinct de l'atelier


RT 2012 : Que faut-il attendre des nouvelles solutions gaz ?

Coordinatrice : Catherine di Costanzo USH

Intervenants :

Brice Febvre, Responsable Pôle efficacité énergétique, GRDF

Jean-Pierre Pirocca, Directeur général, Opac de Dijon

Stéphane Monzauge, Responsable développement patrimoine, OPH Pays de Brive - Brive Habitat

Les enjeux, les solutions

L’offre gaz doit évoluer. Elle est privilégiée actuellement dans les logements basse consommation, mais son caractère collectif lorsqu’il s’agit de chauffage ferait perdre 50% de la production d’énergie par le biais des pertes thermiques. Quant au poste eau chaude, il monte en BBC puisque les besoins de chauffage sont moins élevés. Pour progresser, GRDF et la filière industrielle privilégient en immeuble collectif la chaudière à condensation, la pompe à chaleur gaz naturel et le chauffe-eau solaire /gaz optimisé.

Demain, une petite part de biogaz circulera dans les réseaux. Ce gaz fabriqué à partir notamment de la méthanisation de déchets verts est une énergie renouvelable sur laquelle GRDF parie.

Débat

L’incertitude sur le prix du gaz à long terme inquiète des participants, puisqu’il s’agit d’investir aujourd’hui sur des équipements qui dureront au moins 20 ans. Selon certains experts, le prix du gaz pourrait s’infléchir en raison de la nouvelle donne mondiale sur la production de gaz. Ainsi les Etats-Unis sont passés du statut de consommateur net au statut de producteur, en raison de l’exploitation des gaz de schistes.

Des scénarios électricité, fuel, gaz sont disponibles sur Internet (taper « Enerprix » sur Google).

Expérimentations à Dijon et à Brive

A Dijon, vigilance sur la maintenance

L’Opac de Dijon, pour une opération concernant 38 logements, a renforcé l’isolation du bâti et implanté une solution pompe à chaleur gaz. Après une saison de chauffe, ce qui est peu pour tirer des leçons, il s’avère que la consommation de gaz réelle est plus élevée que la consommation théorique. Les coûts d’entretien, eux, ont pour l’instant été maîtrisés. La comparaison entre les charges locatives de cette opération et d’autres est malgré tout flatteuse.

Sur le fonctionnement, des problèmes ont été ponctuellement soulevés : l’acoustique de l’installation sur le toit par exemple. La vigilance reste de mise sur les coûts de maintenance à l’avenir, et l’instrumentation sera utile pour vérifier que ces coûts ne mangent pas les économies sensibles sur la consommation.

A Brive, la chaudière modulante

La chaudière modulante individuelle expérimentée à Brive est intéressante du point de vue de l’OPH, parce que l’usager est davantage responsabilisé, et parce que le caractère « modulant » offre une meilleure adaptation au besoin de chauffe.

Débat

Les calculs théoriques de consommation ne tiennent pas compte des comportements non prévisibles de l’usager (ouverture des fenêtres en hiver, température de 21°C au lieu de 19°C, etc.). Pour l’OPAC de Dijon, jamais l’on ne pourra atteindre la consommation théorique sans accompagner l’habitant. A la maîtrise d’ouvrage revient le soin de décortiquer, en s’aidant de l’instrumentation, les différents écarts : ceux provenant des impacts usagers et ceux provenant de la conception, de la mise en œuvre et de la qualité d’entretien.

L’enjeu est tellement fort sur la qualité de l’installation que la salle se pose la question : comment distinguer les entreprises qui mettent en œuvre correctement, des autres entreprises ? Les uns misent sur la connaissance du tissu local d’entreprises, les autres souhaiteraient mutualiser l’information sur la qualité des entreprises... Une personne de la FFB suggère de s’appuyer sur les certifications et les signes de qualité.

Le cadre de l’appel d’offres ne permet pas toujours juridiquement d’écarter une entreprise que le maître d’ouvrage sait incompétente.

- (Présentation OPAC de DIJON HUGUENET - provisoire 13.09.2012).pdf URL => (Présentation OPAC de DIJON HUGUENET - provisoire 13.09.2012).pdf - 1_FEBVRE Brice GrDF_RT 2012 et Gaz PDD 26 09 2012 Congrès USH_VF.pdf URL => 1_FEBVRE Brice GrDF_RT 2012 et Gaz PDD 26 09 2012 Congrès USH_VF.pdf - 3_MONZAUGE Brive Habitat RT 2012 et gaz 27 09 2012 PDD CONGRES HLM 2012.pdf URL => 3_MONZAUGE Brive Habitat RT 2012 et gaz 27 09 2012 PDD CONGRES HLM 2012.pdf

Sylvie Bourdin
Bilan des projets de la thématique Bâtiment du PIA (Edition 2018) opéré par l'ADEME avec leur répartition régionale, financés dans la thématique de l’amélioration de la performance énergétique et environnementale du bâtiment, notamment dans les domaines : bois construction, numérique et dématérialisation...
Brèves et Articles
publié le
Sylvie Bourdin
L'Ademe présente les lauréats de son appel à projets pour la réduction de la consommation énergétique des bâtiments.
Brèves et Articles
publié le
Sylvie Bourdin
Si la dynamique semble bien engagée, l’expérimentation laisse apparaître un déséquilibre : la baisse des consommations d’énergie est plus avancée que la reduction des émissions de carbone.
Brèves et Articles
publié le
Cerema
L’intégration d’un bâtiment dans son milieu urbain affecte son fonctionnement en termes de performance énergétique, d’où la pertinence d’une échelle de projet qui intègre les interactions entre bâtiments à l’échelle du même îlot ou du même quartier
Rapports - Guides - Doc
publié le