L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Clauses et dispositifs anti-spéculatifs dans l'accession aidée à la propriété

La présente étude passe en revue les différentes formes que peuvent prendre ces clauses et en examine la licéité à la lumière de la législation et de la jurisprudence.

Présentation de l'éditeur

"De nombreuses collectivités locales, communes ou établissements de coopération intercommunale (EPCI), ont mis en place des dispositifs d’aide à l’accession sociale, en particulier à la faveur des dispositions de la loi ENL du 13 juillet 2006. D’autres y réfléchissent ou s’apprêtent à le faire [...]. Ces aides, qui viennent souvent compléter celles de l’Etat, peuvent prendre diverses formes : primes aux accédants, subventions aux promoteurs en contrepartie d’un abaissement du prix de vente, vente de terrain à un prix préférentiel ou inférieur au prix du marché.

L’octroi de ces aides est presque toujours assorti de conditions visant à s’assurer qu’elles ne pourront pas être détournées de leur objet. Ces clauses « anti-spéculatives » sont destinées à éviter que le bénéficiaire de l'aide de la collectivité ne soit tenté de revendre rapidement le terrain ou le logement qu'il a acquis  pour encaisser à cette occasion une plus value parfois importante par rapport au prix d'acquisition, et qui apparaîtrait illégitime compte tenu de l’aide publique apportée au moment de l’acquisition initiale.

La clause « anti-spéculative » peut en réalité poursuivre plusieurs objectifs qui peuvent d’ailleurs se combiner entre eux :

  • obtenir le remboursement des aides ayant permis d’abaisser le prix d’achat du logement, du terrain acquis, ou des aides à l’accession s’il s’agit d’une aide directe, qu’elle prenne la forme subvention ou d’un prêt à taux réduit
  • maintenir l’affectation du bien à usage de résidence principale de l’acquéreur ;
  • l’empêcher de réaliser et d’empocher une plus-value jugée illégitime ;
  • limiter la liberté de disposer de l’acquéreur pendant un certain délai ;

La présente étude passe en revue les différentes formes que peuvent prendre ces clauses et en examine la licéité à la lumière de la législation et de la jurisprudence. Une première intervention législative dans le cadre de la loi ENL du 13 juillet 2006, est venue à la fois conforter le principe de licéité des dispositifs anti-spéculatifs mais également, par contrecoup questionner sur les pratiques ayant cours dans ce domaine. Toutefois, des incertitudes demeurent, car la jurisprudence ne s’est prononcée à ce jour que sur certains aspects des clauses anti-spéculatives stipulées contractuellement."

Sommaire :

Clauses et dispositifs... mars 2011.pdf

Télécharger le document complet en pdf sur le site de l'Anil

//fr.pinterest.com/pin/create/extension/

Informations complémentaires

Date du document : 01.03.2011
Entité(s) : Centre de Ressources - CDR
Nom(s) contact : Valérie Souchet
Email(s) contact : cdr@union-habitat.org
Numéro : 15310
Sylvie Bourdin
L'accession à la propriété occupe une place essentielle au sein des marchés immobiliers résidentiels et concerne une part non négligeable des ménages les plus modestes. Analyse de l'économiste, Michel Mouillard.
Brèves et Articles
publié le
Sylvie Bourdin
Norbert Fanchon préconise dans une tribune au « Monde » de coupler bail réel solidaire et organisme foncier solidaire pour faciliter l’accès au logement social.
Brèves et Articles
publié le
Sylvie Bourdin
Une interview de William Le Goff, responsable du Pôle « Stratégie patrimoniales et observation » de l’AORIF- Union sociale pour l’habitat d'Ile-de-France, dans la revue Diagonal n° 204 de novembre 2018.
Brèves et Articles
publié le
Marianne Louis
Cette webconférence interrogera la place des organismes de foncier solidaire et du bail réel solidaire dans le modèle Hlm. A partir de retours sur les premières expériences conduites, les intervenants exploreront le potentiel que le foncier solidaire représente pour l’habitat social.
Circulaires USH
publié le