L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Emile Aillaud - Carnets d'architectes

Emile Aillaud (1902-1988) est une figure à la fois centrale par l'ampleur de son oeuvre et marginale par rapport à l'urbanisme rationnel dominant de l'architecture de l'après-guerre en France.

Centrale par l'ampleur de son oeuvre, qui va des décors éphémères aux grands ensembles en passant par l'architecture industrielle. Marginale parce qu'Aillaud s'est toujours écarté de l'urbanisme rationnel dominant. Aillaud a profondément renouvelé l'approche du logement de masse et participé aux plus grands projets d'aménagement parisiens. Il n'a eu de cesse de proposer une vision poétique de son art, fondée sur la courbe et la couleur.

Des logements sociaux, il en a beaucoup construit : pas moins de quinze mille, pour l’essentiel en banlieue parisienne, entre 1956 à 1974. Ce travail fait de lui un grand nom des grands ensembles. C’est l’un d’eux, la Grande Borne, qui lui vaut de recevoir un grand prix en 1960 puis de représenter la France à Buenos Aires en 1969.

Quatre ans plus tard, changement d’époque, changement d’ambiance : la Grande Borne devient le symbole du malaise des cités HLM par un reportage à charge. Encensé jusque-là, Emile Aillaud sort étourdi par la violence de l’attaque.

Son rêve n’était-il pas d’inventer un modèle de cité original, à la fois humaine et poétique ? Ce fils d’un chercheur d’or malheureux qui, durant son enfance, a fait l’expérience de la misère, n’a-t-il pas consacré une partie de sa vie aux pauvres ? Lui qui s’est fait connaître en concevant le pavillon de l’Elégance pour l’Exposition internationale de 1937 ainsi que la salle de la Haute couture du pavillon français de l’exposition internationale de New York de 1937, qui a participé aux mises en scène les plus fastueuses de la troisième république, n’a-t-il pas choisi au lendemain de la guerre de consacrer son énergie à l’effort de reconstruction nationale au service des plus démunis ?

Editions du patrimoine / Centre des monuments nationaux, coll. carnets d'architectes, ill., 2011, 192 p.

 

Un sélection de ses réalisations est à retrouver dans le Musée virtuel du logement social

Informations complémentaires

Date du document : 01.03.2011
Entité(s) : Centre de ressources - CDR
Nom(s) contact : Valérie Souchet
Email(s) contact : cdr@union-habitat.org
Numéro : 16140
Marie-Douce Albert |
Le prix européen a récompensé la transformation de trois bâtiments bordelais d’habitat social par les agences d’architecture Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin.
Brèves et Articles
publié le
Jean-Baptiste Minnaert
Constructeur inventif et prolifique, Henri Sauvage (1873-1932) est l'un des pionniers de l'architecture du XXe siècle : ses recherches sur les immeubles à gradins et la préfabrication constituent l'une des bases des travaux menés par les générations de l’après-guerre. De l'Art nouveau à l'Art déco, il a constamment renouvelé son art.
Ouvrages
publié le
Franck Delorme
Guillaume Gillet (1912-1987) est, par son œœuvre et par sa carrière, l'un des architectes les plus représentatifs des Trente Glorieuses. Premier Grand Prix de Rome, il est à la tête de l’une des principales agences françaises. Il participe à de nombreux concours, réalise d'importants aménagements urbains et programmes immobiliers.
Ouvrages
publié le
Christine Desmoulins
Cet ouvrage est la première monographie consacrée à Bernard Zehrfuss, Grand prix de Rome en 1939, qui dirige la reconstruction de la Tunisie et s'engage très tôt dans la modernité pour se rallier aux modes de production les plus novateurs.
Ouvrages
publié le