L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Utopie et désordre urbains. Essai sur les grands ensembles d'habitation

Utopie et désordre urbains. Essai sur les grands ensembles d'habitation

Pierre Peillon, traite dans cet ouvrage d’un sujet qu’il étudie et pratique depuis de nombreuses années : les grands ensembles d’habitation et notamment ceux que l’on appelle encore aujourd'hui, les HLM. En effet, il allie à sa formation de géographe, de sociologue et politologue, une pratique professionnelle particulièrement riche. Actuel responsable du “ pôle Centre-Est ”, il a dirigé le Fonds d’Intervention HLM après avoir été l'un des responsables régionaux puis nationaux du CREPAH.

 

"Utopie et désordre urbains", livre érudit, documenté, théorique et concret à la fois, porte bien son titre. En effet, croyant faire le bonheur du plus grand nombre, pouvoirs publics et professionnels de l’urbanisme et du logement ont, tout au long des années 60/70, développé des politiques de planification urbaine, d’aménagement territorial et d’habitat qui, aujourd’hui, sont associées au mal vivre, à l’exclusion sociale et urbaine, aux cités-ghettos.

 

Et pourtant, ces grands ensembles, ces ZUP et ZAC, ces cités à l’uniformité suintant l’ennui, ont obéi à des règles, à des théories, à des constructions intellectuelles et administratives, voire même sociétales, bien structurées, et, il ne faut surtout pas l’oublier, consensuelles.

 

Aujourd’hui, où l’on parle de plus en plus de renouvellement urbain, de nouvelle politique des villes plutôt que de la ville, de développement durable, de démolition-reconstruction et de participation des habitants, la lecture du livre de Pierre Peillon est plus que nécessaire. Cet ouvrage apporte des éclairages indispensables à la compréhension des logiques qui ont présidé à la construction des Grands ensembles et contrairement à beaucoup d’ouvrages dont l’histoire et la sociologie en constituent les bases, "Utopie et Désordre Urbains" n’est ni une défense hagiographique d’une histoire urbaine ni encore moins, une critique destructrice du passé. Bien au contraire, la lecture du livre de Pierre Peillon devrait permettre d’éviter que se répètent les mêmes erreurs d’administration, d’analyse, de prospective et d’imagination que celles qui firent florès il y a moins de cinquante ans.

 

Car, comme on ne le dit pas assez, si l’histoire ne se répète pas, elle bégaye. Or, des signes de ces bégaiements sont nombreux dans les actuelles politiques urbaines et de l’habitat. De l’utopie à revendre bien entendu comme de la réglementation moralisatrice et contraignante à la fois. Et du “ yaqua ” à profusion ! ! ! Au delà des intonations, existe-t-il de réelles différences entre les discours ministériels actuels sur la mixité, sur la nécessité de faire des villes vivables et, comme le rapporte Pierre Peillon, ce que disait déjà en 1968, Albin Chalandon, alors ministre de l’Equipement lors d’un congrès HLM en demandant la fin du contrôle étatique sur l’architecture “ (..) il faudrait faire à certains endroits des vraies villes, avec de la rue, car les hommes et les femmes ont besoin de la rue (..) ?"

 

Certes les temps ont changé, la société s’est urbanisée, le marché s’est substitué en grande partie à la puissance publique, l’Etat s’est désengagé ou s’est défaussé sur des pouvoirs locaux pas toujours bien armés pour répondre aux contraintes de la pression urbaine. Certes aussi, les organismes Hlm sont passés d’une fonction dominante de bâtisseurs à celle tout aussi noble de gestionnaires et d’acteurs de la ville. Mais les mentalités générales, les approches politiques et sociales, sont-elles réellement différentes de celles dominantes lors des soi-disantes Trente Glorieuses ? Pierre Peillon semble en douter d’où son appel à un renouveau réel de la culture urbaine, de la manière de penser et de concevoir la ville et l’habitat. Cet appel sera-t-il écouté ? On ne peut que le souhaiter même si en France, on n’a jamais évoqué l’urgence que pour expliquer ou justifier les résultats des politiques publiques (reconstruction, décolonisation, déruralisation, industrialisation,...). Or, on n’a pratiquement jamais évoqué ce même devoir pour former hommes politiques, architectes, urbanistes, sociologues, industriels, mouvements associatifs et syndicaux à une pensée urbaine qui fasse que l’utopie, volonté mobilisatrice, ne se traduise plus par un désordre urbain, dramatique pour ceux qui le vivent et handicapant pour les générations futures, qu’elles soient habitantes ou gestionnaires ? L’œuvre de Pierre Peillon constitue un premier échelon dans cet édifice culturel qui reste encore à bâtir.

(Analyse de Gérard Salmona)

 

Informations complémentaires

Date du document : 01.06.2001
Entité(s) : Centre de Ressources - CDR
Nom(s) contact : Valérie Souchet
Email(s) contact : cdr@union-habitat.org
Numéro : 12724
IAURIF
Les cités-jardins sont encore une source d'inspiration. Leur architecture, leur qualité urbaine, leur capacité à bien articuler la ville et les quartiers, reconnues par ceux qui les habitaient : tout cela mérite d'être cultivé.
Ouvrages
publié le
UNION DES CONSTRUCTEURS IMMOBILIERS DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DU BÂTIMENT (UCI-FFB)
Publication réalisée à l'occasion du 50e anniversaire de la création de l'Union des constructeurs immobiliers. Rétrospective depuis 1945 jusqu'à 2010 sur le rôle des constructeurs immobiliers dans la construction du logement.
Ouvrages
publié le
Ministère de la Culture
Les grands ensembles
Ouvrages
publié le
MERLIN Pierre

Bâtis à l'origine pour offrir à des familles aux revenus moyens un confort qui leur était inconnu jusqu'alors, des Trente glorieuses (1945-1974) à nos jours les "grands ensembles" n'ont cessé d'évoluer.

Souvent implantés à la périphérie des grandes villes, ils sont quelques fois devenus, au cours du...

Ouvrages
publié le