L'USH Je recherche une formation Ressources Je recherche un emploi Événements L'annuaire Hlm Espaces collaboratifs Vos interlocuteurs USH Observatoires & enquêtes Accueil Boutique HLM INFO Se loger avec BIENVEO Les Hlm recrutent Métiers et formations Musée Hlm

Communiqué de presse

Thème de la publication
Politique du logement & Mouvement Hlm
Date de publication :

18 décembre 2023

Chèque énergie : le Mouvement Hlm et les Associations de locataires s’indignent des conditions d’éligibilité annoncées pour 2024

En novembre 2022, face au manque d’ambition des pouvoirs publics, Associations de locataires[1] et Mouvement Hlm signaient une charte déclinant 14 mesures en faveur de l’accompagnement des locataires Hlm face à la crise énergétique.

 

Dans le cadre de leurs missions respectives, les signataires associatifs et Hlm de la charte ont mis en place depuis un an de nombreuses actions visant à protéger les locataires Hlm.

Les pouvoirs publics sont quant à eux restés globalement sourds aux revendications du Mouvement Hlm et des représentants de locataires en faveur des locataires Hlm.

A l’heure où les conditions d’éligibilité au chèque énergie ont été dévoilées pour 2024, les Associations de locataires et le Mouvement Hlm accueillent favorablement la possibilité prévue pour les locataires Hlm de payer leur chauffage avec le chèque énergie. Cette mesure d’équité sociale constituait l’une des revendications de la charte de 2022.

En revanche, ils dénoncent le faible pouvoir solvabilisateur du chèque énergie qui n’est pas à la hauteur des difficultés financières rencontrées par les ménages aux revenus modestes.

Le Mouvement Hlm et les Associations de locataires rappellent leurs demandes :

  • L’éligibilité au chèque énergie jusqu’à 2 000 € de revenus mensuels par personne (Plafond prévu en 2024 : moins de 920 € de revenu fiscal de référence par unité de consommation).
  • Une augmentation du montant du chèque énergie à 600 euros par an (Montant prévu en 2024 : de 48 à 277 euros annuels en fonction des revenus des bénéficiaires).
  • La prise en compte des spécificités des zones climatiques.
 

[1] AFOC, CGL, CLCV et CSF