L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours
Nous écrire

RE 2020 : l’Union sociale pour l’habitat appelle à plus d’opérationnalité

À la suite de la présentation d’évolutions du texte de la réglementation environnementale 2020 (RE2020), ce matin, par la Ministre déléguée en charge du Logement, l’Union sociale pour l’habitat rappelle son engagement à mener à bien la transition écologique et son attachement à la réussite d’une nouvelle réglementation environnementale.

L’USH rappelle son attachement à la transition écologique du parc Hlm, initiée par l’expérimentation E+C-, à laquelle les bailleurs sociaux, pionniers, ont fortement participé.

L’USH rappelle également son engagement de solidarité, qui ne doit pas exclure de la réflexion environnementale l’habitant, son cadre de vie et la qualité d’usage du logement.

A l’issue de plusieurs mois d’échanges, l’USH salue plusieurs évolutions positives, concernant notamment la possibilité de ne pas exclure la filière du gaz vert ou de certaines solutions industrielles, qui auront encore, par l’innovation, la possibilité de trouver leur place, mais regrette l’absence de l’évaluation des impacts sur l’occupant et des bénéfices complémentaires qui auraient pu être intégrés à la réglementation, malheureusement trop peu ancrée dans l’opérationnalité.

Dans cette logique, l’USH insiste sur l’importance d’une mise en adéquation des seuils imposés avec la réalité du terrain et réclame un allégement de la prise en compte de l’impact carbone des infrastructures, construites durablement pour répondre aux besoins de stabilité des immeubles (au-delà des cinquante ans retenus dans les calculs) – d’autant plus importants quand les élévations sont en matériaux biosourcés -  et dont le dimensionnement est également imposé par les plans locaux d’urbanisme et la nécessité de lutter contre l’étalement urbain. Par ailleurs, l’USH souhaite que, dès à présent, une analyse soit menée pour évaluer les surcoûts de construction imposés par la nouvelle réglementation. Ils imposent de prévoir à court terme une évolution nécessaire des financements existants, pour permettre la réalisation d’une transition écologique et solidaire.

Pour Emmanuelle Cosse, présidente de l’Union sociale pour l’habitat « les organismes Hlm sont engagés dans la transition carbone et la lutte contre le dérèglement climatique. Ils savent accompagner les innovations. Pour autant, cette réglementation gagnerait à se poser en ferment d’actions pour l’avenir et l’environnement, en dépassant la dimension administrative et trop théorique, dans laquelle elle est malheureusement contenue. »