L'USH Je recherche une formation Ressources Je recherche un emploi Événements L'annuaire Hlm Espaces collaboratifs Vos interlocuteurs USH Observatoires & enquêtes Accueil Boutique HLM INFO Se loger avec BIENVEO Les Hlm recrutent Métiers et formations Musée Hlm

Actualités

Thème de la publication
Coût du logement
Numéro

Actualités Habitat n°1181

Paru dans

JANVIER 2023

Actualités Habitat n°1181

Date de publication :

31 janvier 2023

Auteur(s) :

DIANE VALRANGES

Observatoire national des charges locatives : en 2020, les charges étaient déjà à + 9 %

L’Observatoire des charges locatives de l’USH constate une augmentation sensible entre 2019 et 2020, liée aux taxes récupérables et aux coûts d’entretien de propreté. Deux ans avant la crise énergétique actuelle, certains postes étaient déjà en forte augmentation, comme l’eau froide et l’électricité des parties communes.

Au mois de décembre 2022, l’USH a publié les chiffres de son Observatoire national des charges locatives pour l’année 2020. Alors que leur niveau global était stable depuis 2014, celles-ci augmentent de 9% par rapport à 2019, principalement en raison de la hausse des taxes récupérables et des coûts d’entretien de propreté. Les charges locatives s’élèvent ainsi à 30,46 € TTC/m2 Shab/an sur la zone H1 et à 19,18 € TTC/m2 Shab/an en zone H2-H3.

Fixée par les collectivités, la taxe récupérable d’enlèvement des ordures ménagères (Teom) a connu une augmentation de 125% en euros constants depuis 1982, année où elle s’élevait à 1 € TTC/m2 Shab/an. Elle se monte aujourd’hui à 2,4 € TTC/m2 Shab/an contre 2,16 € TTC en 2019. Quant aux charges d’entretien de propreté (4,88 € TTC/m2 Shab en 2020), ce poste a augmenté de 77% depuis 1982. Mais certains modes de gestion sont plus onéreux que d’autres : d’après l’Observatoire, l’externalisation de la gestion est la moins coûteuse (2,8 € TTC/m2 Shab/an), tandis qu’une solution mixée entre présence du personnel de proximité et externalisation, choisie par 60% du panel, s’avère la plus chère (6 € TTC/m2 Shab/an en 2020, contre 5,1 € en 2019). “L’enjeu d’aujourd’hui pour les organismes est de trouver un équilibre de gestion entre la performance économique, la qualité de service, la proximité et la spécificité des patrimoines”, note l’Observatoire.

Le chauffage et l’eau, premiers postes de dépense

Les données de l’Observatoire portant sur 2020 n’intègrent pas la flambée des coûts de l’énergie enregistrée depuis un an. Le poste chauffage et eau chaude sanitaire restait le plus important pour le locataire, représentant 33% de la dépense totale en 2020, contre 35% en 2019, une légère baisse liée à la douceur de l’hiver 2020. Sur le long terme, depuis 1982, l’Observatoire relève une baisse de 54% de la dépense de chauffage et de 64% de celle d’eau chaude sanitaire en facturation collective, quelle que soit la zone climatique. Mais en 2020, l’écart se creuse entre les zones climatiques H1 et H2-H3. Pour la première (départements de l’Est et du Nord de la France sous l’influence d’un climat semi-continental), la dépense est de 9,69 € TTC/m2 Shab/an ; pour les secondes (Ouest de la France sous l’influence d’un climat océanique et pourtour méditerranéen), de 5,85 € TTC/m2 Shab/an. Les zones H2-H3 profitent sur cette période d’une baisse de 24% du chauffage collectif, qui coûtait 7,7 € TTC/m2 Shab/an en 2019. Toutes zones confondues, le chauffage collectif au gaz avec ECS collective est moins onéreux que le chauffage électrique mixte (8 € TTC/m2 Shab/an au lieu de 9 €).

Le poste eau arrive en seconde position (23%), avec une charge de 5,9 € TTC/m2 Shab/an en 2020 en moyenne, soit + 9,25% en un an. Pour l’Observatoire, cette augmentation peut s’expliquer par “la hausse relativement constante du prix de l’eau mais aussi par une hausse des consommations”. Il témoigne d’une variation de ce poste de dépense de 152% entre 1982 et 2020, confirmée par une enquête de 60 Millions de consommateurs publiée en mars 2021, qui relevait une augmentation du coût moyen du m3 d’eau en France de 10,7% en 10 ans en raison notamment de l’augmentation du coût d’assainissement (+21,8% entre 2011 et 2020) et des investissements dans le réseau.

L’électricité des parties communes connaît pour sa part une tendance à la hausse en partie liée aux augmentations régulières du prix de l’électricité depuis 2000, de 0,6 € TTC/m2 Shab/an à 1,2 € TTC/m2 Shab/an, mais aussi à la modernisation et au recours accru aux équipements liés à la sécurité. Les charges relatives aux espaces verts, quant à elles, restent stables et l’entretien des ascenseurs est en légère augmentation de 0,16 centimes m2 Shab/an.

Contact : Paul Saraïs, responsable du département Architecture, qualité d’usage et biodiversité, USH - Mél. : paul.sarais@union-habitat.org 

Pour en savoir plus : Observatoire national des charges locatives - Résultats 2020

 

Observatoire en transition

Depuis 2020, l’USH conduit une réflexion pour faire évoluer l’Observatoire national des charges locatives. Dans cette année de transition, elle a fait le choix de relancer un nombre plus limité de bailleurs par rapport aux années précédentes. 24 d’entre eux ont participé, limitant à la fois la représentativité des zones climatiques, les comparatifs possibles par région et l’analyse des données de consommation, mais représentant encore néanmoins 15 282 résidences et 421 716 logements. Seules l’Île-de-France et la Normandie sont ainsi incluses dans l’enquête 2020.

Mots clés

PARU DANS ACTUALITÉS HABITAT N°1181 DU 31 janvier 2023

Actualités Habitat n°1181

Retrouvez cet article et beaucoup d’autres en vous abonnant au Magazine Actualités Habitat.

F