L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

8e Sommet de la construction AH

Lire l'article

"Immobilier : stop aux idées reçues !" : un message fort autour duquel s’est déroulé le 8e Sommet de la Construction de la Fédération française du bâtiment, le 18 avril. Jacques Chanut, président de la FFB, s’est inquiété de la stigmatisation de l’immobilier en tant que rente par le gouvernement. Si les intervenants refusent le concept de rente immobilière, ils admettent qu’il existe bien une rente foncière. "83% des transactions concernent la résidence principale. Ce n’est pas dans un but spéculatif mais pour se racheter un logement", précise Cécile Philippe, présidente de l’institut Molinari. "La fiscalité du logement locatif a été massacrée", ajoute Xavier Timbeau, directeur principal de l’OFCE-Sciences Po. Et pour Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières, "la politique du logement n’est pas cohérente".

Les fractures territoriales sont au cœur des débats : la distance entre emploi et domicile, à l’origine du mouvement des Gilets jaunes ; la nécessaire décentralisation et la réactivation des cœurs de ville pour développer un autre modèle que celui de la métropolisation ; la consommation des espaces naturels… Plusieurs pistes sont évoquées pour faire baisser le coût du logement, notamment en incitant les investisseurs à revenir sur ce marché.

Jacques Chanut a exprimé ses inquiétudes sur le "manque de visibilité" du système fiscal immobilier aux deux ministres présents, mais aussi sur la rénovation énergétique des logements, qui ne décolle pas. Sur ce point, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, n’a pas clarifié les intentions du gouvernement en matière d’aides à l’accompagnement des ménages, en dehors de la fusion prochaine des aides de l’Anah et du CITE pour les plus modestes, et de l’orientation accrue des CEE vers ces travaux. "Je ne crois pas au grand soir de la fiscalité immobilière. Il vous faut de la stabilité et de la visibilité", a répondu Julien Denormandie. Le ministre en charge de la Ville et du Logement s’est dit favorable à une politique du logement davantage territorialisée. Il souhaite également remettre en question le principe du zonage "après les élections municipales".