L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Une nouvelle géographie de l'exclusion ?

Alors que la nouvelle politique de la ville définit une "géographie prioritaire", les auteurs de ce dossier de la revue Urbanisme s'interrogent plus largement sur la pauvreté, les zones où elle se développe ou perdure et pointent l’effort à faire en matière de politique urbaine et de l'habitat.

L’exclusion a de multiples visages et touche à la fois les milieux urbains et ruraux, fruit de la crise qui touche l'Europe.

Extrait de l'Edito d'Antoine-Loublière :

" Cette nouvelle réalité bouleverse-t-elle la géographie de l’exclusion ?

C’est l’interrogation qui parcourt ce dossier, alors que le gouvernement français a entrepris de réformer la politique de la ville, en s’attaquant à ce qui en faisait une de ses caractéristiques essentielles, la géographie prioritaire des quartiers sensibles. Il s’agit clairement, dans une volonté d’égalité des territoires, de mieux prendre en compte l’exclusion dans ses nouvelles dimensions sociales et spatiales, en particulier dans les villes petites et moyennes des régions frappées par la crise. Dans un entretien réalisé après le vote, en première lecture, par l’Assemblée nationale de son projet de loi de programmation, François Lamy, le ministre délégué, chargé de la Ville, s’explique sur ces choix, en particulier sur le nouveau critère unique, celui du revenu, qui sera utilisé pour déterminer les futurs quartiers prioritaires.
 Des chercheurs mettent en question ce choix en proposant, comme Gérard-François Dumont, un « indice synthétique d’exclusion » ou, comme Daniel Béhar, en s’interrogeant sur la pertinence d’un zonage pour combattre les processus d’exclusion à la bonne échelle.
 En s’appuyant sur les statistiques de l’INSEE et les études du Compas, Louis Maurin relativise le discours sur la pauvreté dans le périurbain et rappelle que les « cités » restent les zones de concentration de l’exclusion. Renaud Gauquelin, le président de l’association des maires Ville et Banlieue, souligne la situation parfois dramatique de certains habitants de banlieue, qui ne se soignent plus, alors que Christian Pierret, le président de la Fédération des villes moyennes, attire l’attention sur le caractère spécifique de la crise qui les affecte du fait de leur histoire industrielle.
 En France, si l’on met à part les handicapés (physiques ou mentaux) – qui constituent une catégorie spécifique des politiques publiques –, l’exclusion avait historiquement le visage du « clochard » devenu le SDF, qui, chaque hiver, revient à la une des quotidiens et fait l’ouverture des journaux télévisés. Cette exclusion-là demeure, mais elle a pris une nouvelle dimension avec la présence remarquée des Roms, souvent citoyens roumains et bulgares (donc de l’Union européenne), parfois au cœur de nos grandes villes, Paris en particulier. Dans notre dossier, nous n’abordons pas précisément cette question très largement (mal) traitée dans le débat public. Reste que les nouveaux bidonvilles, particulièrement en banlieue parisienne, sont bien le résultat de l’implantation de ces populations. Un colloque intitulé « Actualité de l’habitat précaire » a été récemment organisé à Montpellier ; Sylvie Groueff nous donne un aperçu des échanges qui ont mis à mal le sens commun : l’habitat précaire est parfois un choix de vie et, même pour des personnes précarisées, il constitue un abri qu’il faut éviter de normaliser à tout prix. À l’inverse, c’est le choix de la ville de Los Angeles de proposer un nouvel habitat de qualité aux SDF du quartier Skid Row, au cœur de son downtown, après les avoir associés à sa conception.
 Cette approche différente des « pauvres » et des « exclus » se retrouve dans d’autres pays d’Europe, comme l’explique Morgan Poulizac. Il est vrai qu’en France, le choix a été fait d’une ambitieuse politique de rénovation urbaine, que rappelle Fabrice Peigney, mais, malgré des résultats visibles dans nombre de quartiers, la transformation urbaine n’a pas éliminé la pauvreté et l’exclusion. Il faut maintenant s’occuper de manière volontariste de la situation socio-économique de leurs habitants. Sans négliger la diversité des processus d’exclusion dans les autres territoires."

Revue Urbanisme n° 391, Hiver 2013, dossier p.29-65.

Informations complémentaires

Date du document : 01.12.2013
Entité(s) : Centre de Ressources - CDR
Nom(s) contact : Valérie Souchet
Email(s) contact : cdr@union-habitat.org
Numéro : 15723
Commissariat général à l'égalité des territoires - CGET
Cet Atlas constitue, grâce à la présentation de nombreuses cartes et données,un outil d'analyse et de comparaisons des quartiers prioritaires et de leur environnement.
Rapports - Guides - Doc
publié le
Véronique Simonnet
Étude Insee : la pauvreté n’est pas seulement monétaire. L’habitant, acteur dans l’habitat participatif social. Réhabilitation HBM : La Ruche à Saint-Denis retrouve sa silhouette originelle. Médiation des litiges de la consommation. La réforme du droit des contrats.
Revues Hlm
publié le
Frédéric Paul
Décret en cours apportant un certain nombre de modifications à l'enquête OPS prévue pour 2016
Circulaires USH
publié le
Frédéric Paul
L’administration fiscale précise les modalités d’entrée en vigueur du taux de TVA de 5,5 % pour les opérations d’accession sociale réalisées dans les quartiers prioritaires de la ville ou dans les 300 mètres autour de ces quartiers.
Circulaires USH
publié le