L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Comment mettre en place une communication sans stéréotype de genre ?

Lire l'article
Ajouter à mon calendrier 2020-06-26 09:00:00 2020-06-26 18:00:00 Comment mettre en place une communication sans stéréotype de genre ? « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » écrivait Albert Camus. La communication n’échappe pas à l’exigence d’égalité entre les femmes et les hommes qu’exprime si fortement notre société. Si les vecteurs de communication révèlent beaucoup de l’état d’une société, elle peut aussi, involontairement, véhiculer des messages discriminants et inégalitaires. L'Académie Française a admis le 28 février 2019 la « féminisation des noms de métiers, titres et fonctions », ouvrant un débat sur la « démasculinisation » du français qui implique pour les communicants et les communicantes de revisiter certaines de leurs pratiques. La communication visuelle, institutionnelle et sur les réseaux sociaux sont également interrogées. Si l’objectif d’une communication sans stéréotype de genre est souvent partagé dans son principe, sa mise en œuvre peut s’avérer complexe. Comment répondre aux objections ? Par quoi commencer ? Comment embarquer les équipes, au-delà de celles de la communication ? Quels outils opérationnels privilégier ? Cette journée s’appuie sur des interventions académiques, des présentations pratiques et des témoignages opérationnels pour accompagner les organismes Hlm dans leur adoption d’une communication non discriminante.   Espace Chaptal, 23/25 rue Chaptal 75009 Paris L'Union Sociale pour l'Habitat contact@union-habitat.org Europe/Paris public

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » écrivait Albert Camus. La communication n’échappe pas à l’exigence d’égalité entre les femmes et les hommes qu’exprime si fortement notre société. Si les vecteurs de communication révèlent beaucoup de l’état d’une société, elle peut aussi, involontairement, véhiculer des messages discriminants et inégalitaires.

L'Académie Française a admis le 28 février 2019 la « féminisation des noms de métiers, titres et fonctions », ouvrant un débat sur la « démasculinisation » du français qui implique pour les communicants et les communicantes de revisiter certaines de leurs pratiques. La communication visuelle, institutionnelle et sur les réseaux sociaux sont également interrogées.

Si l’objectif d’une communication sans stéréotype de genre est souvent partagé dans son principe, sa mise en œuvre peut s’avérer complexe. Comment répondre aux objections ? Par quoi commencer ? Comment embarquer les équipes, au-delà de celles de la communication ? Quels outils opérationnels privilégier ?

Cette journée s’appuie sur des interventions académiques, des présentations pratiques et des témoignages opérationnels pour accompagner les organismes Hlm dans leur adoption d’une communication non discriminante.

 

Programme

9h

Accueil

9h45

Introduction

Marianne Louis, directrice générale de l’Union sociale pour l’habitat

10h00

Langue et société - « Le masculin l’a-t-il toujours emporté sur le féminin » ?

Que nous dit l’évolution de la langue et de la société en matière d’égalité entre les femmes et les hommes ? La langue peut-elle constituer un levier pour une société plus égalitaire ? Pour Yannick Chevalier, qui défend l’écriture inclusive,
« accorder une égale attention aux hommes et aux femmes dont on parle, c’est s’astreindre à penser la mixité, la diversité. »

> Yannick Chevalier, maître de conférences en grammaire et stylistique française, vice-président en charge de l’égalité et de la vie citoyenne à l’Université Lyon 2.

11h00

Les recommandations du HCE pour une communication sans stéréotype de sexe

Le Haut Conseil à l'Egalité (HCE) est l'instance nationale consultative indépendante chargée de la protection des droits des femmes et de la promotion de l'égalité des sexes. Il a réalisé en 2015 un « guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe » qui décrypte les stéréotypes dans les images, à la tribune de colloques et dans l’usage de la langue. S’appuyant sur 10 recommandations, ce guide est un outil pour toute organisation ayant la volonté de s’engager pour une communication égalitaire.

> Marion Oderda, responsable Communication du HCE

11h30

Mettre en œuvre une communication sans stéréotype de sexe

Quel est l’état des lieux dans le secteur Hlm ? Quelles sont les modalités de mise en œuvre  au niveau individuel et institutionnel ? Qu’est-ce qu’une écriture inclusive raisonnée ? Comment embarquer une organisation ?

C’est par un travail sur les manières d'écrire que l’agence Mots-clés a décidé de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes. Son approche promeut une écriture qui assure une égalité de représentations des deux sexes par des attentions graphiques et syntaxiques.

> Raphaël Haddad, fondateur et directeur associé de l’agence de communication Mots-Clés, docteur en analyse du discours

12h45

Cocktail déjeunatoire

14h00

Outil d’auto-évaluation pour s’orienter vers une communication non sexiste « Adoptons les bons réflexes : no more clichés »

COM-ENT est la première organisation profession-nelle de communicants et communicantes en France. En son sein, le réseau
« Toutes Femmes, Toutes Communicantes » anime une communauté de femmes qui œuvre à faire changer les comportements pour une communication non discriminante.

> Carole Thomas, directrice de la Communi-cation de 3F et vice-présidente de COM-ENT

14h30

Charte et guide interne pour une communication  sans stéréotype : l’exemple du Département du Val de Marne

Après l’adoption par le département d’une charte contre les stéréotypes de genre, l’Observatoire de l’égalité et la direction de la Communication du Conseil départemental du Val de Marne ont conçu un guide interne permettant à chaque agent et agente de la collectivité d’acquérir d’autres réflexes de communication.

> Pauline Le Vot, chargée de projet « Promotion de l’égalité » à l’Observatoire de l’égalité entre les femmes et les hommes du département du Val de Marne

> Une représentante de la direction de la Communication du Conseil départemental du Val de Marne (sous réserve)

15h15

Table ronde : les Hlm, un secteur favorable à l’adoption d’une communication non discriminante ?

Trois organismes ont emprunté des chemins différents pour progresser vers une ambition commune, celle d’une communication non discriminante. Le représentant de Batigère et les représentantes d’Immobilière 3F et de Seine-Saint-Denis Habitat dévoileront leurs secrets de fabrication.

> Artémise Cren, directrice de la Communication de Seine-Saint-Denis Habitat

> Reynald Faget, directeur des Relations sociales et des Politiques RH de Batigère

> Carole Thomas, directrice de la Communication de 3F

16h00

Conclusion

Joachim Soëtard, Directeur de la communication, du digital et des partenariats de l’Union sociale pour l’habitat