L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Le dossier : tranquillité résidentielle, jusqu'où aller ? AH

Lire l'article

Dans un climat d’incivilités, de délinquance et de trafics en hausse, les pouvoirs publics cherchent à “reprendre la main” sur la sécurité, en renforçant des dispositifs tels que la police de sécurité du quotidien, la reconquête républicaine des quartiers, et bientôt la loi pour une sécurité globale. Pour les bailleurs sociaux, tiraillés entre leur obligation d’assurer la jouissance paisible de leurs locataires et la nécessité de les protéger, ainsi que leurs salariés, leurs prestataires et leur patrimoine, le curseur est parfois difficile à placer. Se positionnant comme “acteurs de la tranquillité résidentielle” et “partenaires de la sécurité”, les organismes mettent en oeuvre des actions de différents types, selon leur sensibilité ou la conception qu’ils se font de leur rôle. Certains vont au-delà de leurs compétences et prérogatives, devenant parfois coproducteurs de la sécurité avec les autres acteurs partenaires que sont les collectivités, la police et la justice.

Pour en savoir plus : Dossier Sécurité Tranquillité

 

Suite réservée aux abonnés.