L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Mobilisation nationale en faveur des quartiers AH

Un peu moins de deux mois après le discours du président de la République sur les banlieues, la mobilisation nationale en faveur des 1500 quartiers prioritaires de la politique de la ville se précise.

Lire l'article

Le président de la République, Emmanuel Macron, l’avait annoncé dès novembre 2017 à Tourcoing : la France allait engager une mobilisation nationale en faveur des habitants des QPV. C‘est désormais chose faite, avec le lancement, le 11 juillet, d’un dispositif en trois axes, qui vise à "lutter contre les inégalités de destin" pour "être facteur d’émancipation des individus".

Premier axe : renforcer le soutien aux associations.

Le ministre de la Cohésion des territoires a rappelé que les crédits politiques de la ville sont sanctuarisés à hauteur de 430 M€ par an sur la durée du quinquennat. Le soutien aux associations intervenant dans les quartiers populaires se traduit par :

  • un partenariat national avec l’État pour un budget de 15 M€ par an programmé dans le futur projet de loi de Finances 2019 pour soutenir, mettre en réseau, faire essaimer les grands réseaux associatifs actifs dans les quartiers ;
  • la création de 1 000 postes supplémentaires d’adultes relais en 2019 ;
  • le doublement de l’aide à l’emploi associatif du Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation prioritaire (FONJEP), avec le financement de 750 postes supplémentaires dans les quartiers et une revalorisation de l’aide de 5 000 à 7 000 euros.

Deuxième axe : la mobilisation des entreprises.

Le MEDEF et trois entreprises pionnières – ADECCO, la Fédération des Travaux Publics d’Île-de-France et Accor Hotel Group – ont signé avec l’État un engagement triennal (2018-2021). Baptisé "PAQTE" pour "Pacte Avec les Quartiers pour Toutes les Entreprises", ce plan se décline autour de quatre axes :

  • sensibiliser : créer un premier lien entre l’entreprise et les scolaires afin de leur permettre la découverte de l’entreprise, notamment par un accès renforcé aux stages de découverte à l’issue de la 3e ;
  • former : favoriser l’insertion professionnelle des jeunes par l’apprentissage ;
  • recruter : développer l’emploi et améliorer en continu les pratiques RH afin d’éviter les discriminations à l’embauche et tout au long de la carrière ;
  • acheter : favoriser les relations clients-fournisseurs en direction des QPV, comme un levier de développement économique local en encourageant l’achat responsable.

Les deux ministres ont prévu de réunir les entreprises deux fois par an afin de dresser un bilan des actions développées et de leur essaimage. Troisième axe : l’accélération du NPNRU avec la signature, longtemps attendue, de la convention tripartite entre l’Etat, l’Anru et Action Logement, en application de la convention quinquennale 2018-2022, signée en janvier dernier, entre l’État et Action Logement. La convention précise les modalités de contribution du groupe Action Logement, qui porte sa participation financière de 5 à 7 Md€. L’Union sociale pour l’habitat s’engage à hauteur de 2 Md€, tandis que l’Etat contribue à hauteur d’un milliard. "Cette nouvelle ambition budgétaire stabilisée était une condition essentielle pour accélérer le lancement des chantiers dans les quartiers" s’est félicité Olivier Klein, président de l’Anru. Depuis fin mai, 7 projets d’intérêt national et 45 d’intérêt régional ont été validés. Jacques Mézard a également annoncé le lancement prochain d’un "plan de résorption des copropriétés dégradées", aux côtés de l’Anah et de l’Anru. 

 

L’USH lance "Emploi et Quartier" Le taux de chômage dans les QPV est deux fois et demi supérieur au reste du territoire, quel que soit le niveau de diplôme. C’est la raison pour laquelle l’USH a annoncé, ce même jour, le lancement d’"Emploi et Quartier". Cette initiative repose sur deux piliers : l’accompagnement des jeunes diplômés de moins de 30 ans (à partir de Bac + 2, locataire ou enfant de locataires du parc Hlm) vers l’emploi, ou la création de leur entreprise. "Ce projet allie à la fois la promotion et l’ascenseur social pour les jeunes diplômés entrés dans ce mécanisme, indispensable au Pacte Républicain, et assure leur autonomie à travers le logement Hlm" a expliqué Marie-Noëlle Lienemann, vice-présidente de l’USH en charge du projet. Une première déclinaison a déjà vu le jour, le "Pack emploi-logement", avec deux organismes pilotes : Plaine Commune Habitat, en Seine-Saint-Denis, et Erilia, à Marseille. Ce dispositif, mené en partenariat avec Mozaïk RH et l’association NQT, devrait concerner 200 jeunes dans chacune de ces régions, avant d’être généralisé à l’ensemble des quartiers Hlm.