L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Canopée : quatre OPH jouent la synergie AH

Lire l'article

Oise Habitat, l’Opac d’Amiens, l’Opal et Reims Habitat ont officialisé, le 10 janvier dernier, le réseau Canopée. Un groupement d’intérêt économique créé le 1er janvier 2018, avec l’appui de la Fédération des OPH, mais dont l’idée a germé en 2016, lors du Congrès Hlm de Nantes, bien avant que les pouvoirs publics n’envisagent un vaste plan de restructuration du secteur du logement social. Son objectif : encourager la mutualisation de moyens tout en préservant l’identité et la gouvernance de chaque organisme et collectivité(1), pour améliorer la performance des pratiques professionnelles, réaliser des économies d’échelle et encourager l’innovation.

Canopée est née de la seule volonté des quatre dirigeants. Les quatre offices, de taille proche (entre 12 500 et 14 000 logements), représentent 52 000 logements sur quatre territoires non concurrents des Hauts-de-France et du Grand-Est. Les équipes des organismes, soit 930 salariés, ont été associées au projet. "La structure se veut agile", comme l’explique Patrick Baudet, premier président du GIE, directeur général de Reims Habitat, et ne dispose pour l’heure que d’une salariée, la déléguée générale, Pauline Dumontier. Laquelle s’appuie sur une gouvernance collégiale composée d’un comité de gouvernance constitué des présidents des quatre OPH qui se réunit une fois par an, d’un comité exécutif qui regroupe les quatre directeurs généraux et se réunit tous les vendredis, et d’une présidence tournante chaque année.

Deux niveaux de coopération sont envisagés. Le GIE qui fournit des prestations aux membres mais aussi un accord-cadre de coopération horizontale qui permet des prestations entre membres à géométrie variable. Cela se traduit par des échanges de bonnes pratiques via des groupes de travail thématiques, des groupes métiers (juristes, financiers, ressources humaines) animés par la déléguée générale, des échanges informels ; des partages de compétences, dans le cadre de la coopération horizontale ; des services mutualisés.

Dès à présent, trois groupes de travail sont opérationnels. Un sur le défi numérique, pour lequel "nous nous sommes fait accompagner par le cabinet Aatiko pour notamment identifier des axes de mutualisation", rappelle le président. Un second, sur l’esprit client visant à développer une stratégie marketing et de nouveaux services. Un dernier enfin, traitant de l’optimisation de la politique patrimoniale pour améliorer les performances et repenser le financement des opérations, en mobilisant notamment des ressources européennes. Plus concrètement encore, un premier groupement de commande a été lancé sur le numérique. Des bilans réguliers seront effectués pour évaluer les bénéfices pour les membres. Et Canopée n’exclut pas d’intégrer d’autres organismes.

Au-delà de cette initiative, "les OPH travaillent à un projet de communautés d’offices, pour ne pas avoir à faire des fusions forcées et pour valoriser l’ancrage local qui est l’ADN des OPH", a indiqué Laurent Goyard, directeur de la Fédération des OPH.

(1) Émanation des territoires issue des élections de scrutins nationaux.